Suivez nous

Immobilier

Investir en immobilier en Floride, appelez Sandrine Maquet ! 

Publié

le

C’est un personnage – et une personnalité ! – Bien connue des Français (surtout de la Floride) : Sandrine Maquet, agent immobilier dans le sud de l’État. On parle tout de suite de son style car vous la connaissez certainement : elle a beaucoup réussi dans l’immobilier, en France plus en Floride, et – plus récemment – comme correspondante locale pour la presse Française pour les investisseurs qui souhaitent investir en immobilier en Floride.

Originaire de Bourges, Sandrine a débuté sa carrière dans le bâtiment en 1998 avant de rejoindre Technibat vers les années 2000.

Femme d’un entrepreneur du batiment, ils se sont installés en Floride à Sarasota. Et une partie de leurs enfants les ont suivis :”J’ai toujours aimé l’immobilier, en arrivant ici en Floride, j’ai enfin pu concrétiser un de mes rêves. Après toutes ces années de construction et de transaction, la Floride apparaissait comme une évidence pour démarrer peut être un dernier morceau de carrière”.

Les acheteurs (ou les vendeurs) ont-ils besoin de connaître beaucoup de subtilités sur le marché de l’immobilier en Floride ? « Oui, c’est sûr, il y a beaucoup à maîtriser. Il faut d’abord savoir exactement ce que veut son client avant de pouvoir lui montrer quelque chose qui lui convient. Certains veulent être dans le complexe urbain, d’autres dans la Floride sauvage.

Cela change aussi beaucoup de choses. Par exemple, avec le règlement communal, il y a des obligations. Ça veut dire que la maison de ton voisin n’est jamais en ruine. Mais ça veut aussi dire que tu as des obligations. Par exemple, tu peut te voir interdire de louer pour les deux premières années. En dehors de l’agglomération, les choses seront différentes.

Aux États-Unis, l’échange d’informations entre les agents immobiliers et les clients est très important.

Surtout maintenant : Il faut aller vite sinon vous ne pouvez pas acheter. Avec un marché saturé, l’échange de biens est extrêmement rapide. Vous devez être prêt à prendre une décision immédiate et acheter sur le champ. »

C’est toujours un marché de vendeurs, n’est-ce pas ?

« Comme l’année dernière, les prix ont augmenté de 25 % dans la région de Miami et de 18% aux États-Unis. Si vous ajoutez le taux de change pour les Canadiens, il est évidemment très intéressant pour les propriétaires de vendre maintenant. Et si vous mettez votre propriété sur le marché, vous pouvez être sûr qu’il restera stable pour les prochains mois. »

Les prix de l’immobilier ne vont-ils pas se calmer ?

« La hausse va certainement s’estomper, mais il n’y aura pas de baisse. Et j’insiste sur le fait qu’il n’y a pas de « bulle » aux États-Unis, c’est juste une évolution naturelle. pour les mauvaises surprises. Puis , quand vous regardez le nombre de personnes qui veulent s’installer dans le sud de la Floride chaque année, vous voyez que le boom immobilier est un phénomène naturel, pas un accident. Aussi, l’économie américaine peut avoir ses hauts et ses bas , mais il ne se compare de toute façon pas aux autres devises. L’écart entre le dollar continue de se creuser. Personne ne voit de raison pour que le dollar baisse.»

La crise du coronavirus a poussé des personnes d’autres États vers la Floride, mais n’a-t-elle pas ralenti l’immigration en provenance de l’étranger ? « Il y a eu un ralentissement initial en 2020, mais nous avons quand même pu voir beaucoup d’achats. Heureusement, de nombreuses personnes – en particulier des Canadiens – ont réalisé que les fermetures de frontières n’étaient pas durables. Pendant le verrouillage, de nombreuses personnes ont encore pris l’avion pour la Floride et ont bien vécu : les mêmes protections sanitaires qu’au Canada ; ici on fait ce qu’on veut !

Ensuite, les Canadiens comme les Français qui aiment passer l’hiver en Floride ont également vu les loyers s’envoler. Le calcul reste le même : Quand on envisage d’être en Floride pendant 6 mois 15 ans, mieux vaut être propriétaire que locataire, surtout quand on connaît la plus-value quand on quitte le bien.

Jusqu’en 2012, un mot qui était utilisé dans l’immobilier en Floride et qui a un peu disparu depuis est le mot « bonne affaire »… « Aujourd’hui, quand on trouve une bonne affaire, il y a toujours une bonne raison à cela. propriété dans laquelle vous souhaitez vivre : pas de mauvais quartiers, pas de vices cachés ! »

Cliquez pour commenter

Laisser un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Copyright © 2017 Zox News Theme. Theme by MVP Themes, powered by WordPress.