Suivez nous

Artisanat

Comment isoler un toit en pente ?

Publié

le

Isolation d'un toit en pente
Isolation d’un toit en pente

Un toit bien isolé vous permet de faire des économies considérables sur vos factures d’électricité et augmente la performance de votre habitation. Pour garantir cette performance, il est nécessaire de savoir comment réussir ce type d’isolation. Alors, découvrez ici les différentes étapes pour bien isoler un toit en pente.

Augmentation de la profondeur des chevrons

Les chevrons sont des lattes en bois verticales qui servent de support à la sous-toiture, aux liteaux et aux voltiges. Ils ont une profondeur variable en fonction de l’épaisseur de la laine d’isolation.

Pour augmenter la profondeur des chevrons, il y a deux méthodes. La première consiste à visser simplement un chevron supplémentaire au chevron existant tout en respectant la profondeur voulue. Ainsi, vous renforcez la structure du toit.

Avec la seconde méthode, il est question de répartir la sous-toiture à l’aide de planches à disposer à la hauteur et à la largeur voulues. Pour ce faire, utilisez des Minispeedy galvanisés. Cette méthode est préconisée lorsque vous commencez vos travaux à partir d’une sous-toiture réalisée uniquement avec des planches.

Par ailleurs, il existe différents canaux digitaux pour vous aider à mieux réaliser l’isolation d’un toit en pente. Consultez par exemple le site https://www.ramackers.be/ pour en savoir davantage sur les différentes étapes.

Pose de matériau d’isolation

Après avoir augmenté la profondeur des chevrons, vous pourrez alors poser le matériau d’isolation. Le choix de ce matériau dépend des caractéristiques suivantes :

  • la distance entre les chevrons ;
  • l’épaisseur souhaitée ;
  • la valeur d’isolation.

Si vous avez un toit incliné avec une charpente régulière, utilisez des rouleaux ou matelas d’isolation à languettes. Par contre, si les espaces entre les chevrons sont irréguliers, il est plutôt conseillé d’utiliser des panneaux ou des rouleaux d’isolation à découper sur mesure.

Dans un premier cas, lorsque la distance entre les chevrons est de 35, 45 ou 60 cm, utilisez un matelas d’isolation à languettes ou un matériau d’isolation en rouleau. Si vous avez opté pour du matelas d’isolation à languette, vous pourrez directement passer à l’étape de pose d’écran vapeur.

Dans le second cas où vous devez isoler entre des chevrons à espacement variable, la méthode ne s’éloigne pas trop de la précédente. Cependant, le choix du matériau fait toute la différence. Ici, vous n’utiliserez pas de matelas à languettes à cause de la distance irrégulière entre les panneaux.

Faites plutôt votre choix entre des panneaux ou rouleaux d’isolation à découper sur mesure. Ensuite, vous pourrez poser un pare-vapeur pour rendre l’isolation étanche.

La découpe des panneaux est une tâche très délicate. Pour ce faire, un professionnel vous sera très utile. Par exemple ici, vous trouverez un spécialiste capable de vous accompagner dans la réussite de l’isolation de votre toit.

Mise en place d’un écran pare-vapeur

Il est important de rendre l’isolation hermétique lorsque vous travaillez avec des rouleaux de laine ou des panneaux d’isolation. À cet effet, il suffit de poser un écran pare-vapeur.

En revanche, si vous utilisez des matelas d’isolation à languettes, vous n’aurez plus besoin de poser un pare-vapeur, car ils en sont déjà équipés.

Montage de la couche de finition

Le montage de la couche de finition consiste à parachever une toiture inclinée avec des plaques de plâtres. Pour ce faire, collez du trenn-fix afin de fixer le profilé périphérique.

Disposez ensuite les clips de montage et commencez à clipser les différents profilés. Pour une bonne fixation, n’oubliez pas de les visser. Découpez les rebords du pare-vapeur et mesurez la plaque.

Par la suite, entaillez la couche de finition pour la couper facilement. En respectant des distances régulières, fixez-la au toit. Si vous avez une fenêtre dans votre toit, prévoyez une ouverture dans la couche.

Préparez enfin du jointfiller pour dissimuler et coller les points de contact des différentes places découpées. Le jointfiller s’applique en trois étapes en respectant chaque fois un temps de prise et un temps de durcissement.

Cliquez pour commenter

Laisser un message

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Copyright © 2017 Zox News Theme. Theme by MVP Themes, powered by WordPress.